Papa Online !

[Disneynature] Blue : une plongée royale au cœur de l'Océan !

19 Mars 2018, 11:30am

Publié par Papa Online !

Le 28 mars, "BLUE" est au cinéma pour le plus grand plaisir des spectateurs. Dans la lignée de tous les autres chefs d'œuvres signés Disneynature, Blue est un magnifique film sur le monde marin, qui saura réjouir petits et grands. À découvrir dès à présent...

Présentation

BLUE, le nouveau film Disneynature, est une plongée au cœur de l’Océan pour découvrir, comprendre, aimer un monde encore mystérieux et surprenant. Un monde où la nature invente des couleurs, des formes et des sons merveilleux. L'Océan est unique, seuls les hommes le mettent au pluriel. Il est partout, recouvre  plus de 70% de la Terre et donne à notre maison sa couleur et son nom: la planète bleue. Dans cet environnement somptueux et fragile, les dauphins seront nos  guides pour partager cette grande histoire de l'Océan qui est celle de nos origines et notre avenir. Une histoire universelle qui résonne en chacun de nous.

Un film réalisé par Keith Scholey (FELINS, GRIZZLY) , co-réalisé par Alastair Fothergill (UN JOUR SUR TERRE, FELINS, GRIZZLY,CHIMPANZES, AU ROYAUME DES SINGES), une histoire racontée par la comédienne Cécile de France.

Quelques anecdotes du film

Avec 6 mois de préparation logistique et 350 heures de postproduction - un temps essentiel pour réellement rendre compte des comportements des grands dauphins et des baleines à bosse -, plus d’un an de tournage dans 10 pays différents (Etats-Unis, Mozambique, Bahamas, Egypte, Afrique du Sud, Indonésie, Malaisie, Micronésie, Tahiti, Australie, avec au minimum 2 sites de plongée par lieux de tournage), BLUE aura nécessité au final plus de 2 ans et demi de travail, ce qui en fait l’une des odyssées les plus ambitieuses de Disneynature.

Le réalisateur Keith Scholey confie : « Les films sous-marins sont très différents des autres documentaires animaliers car leur temps de tournage est des plus limités.  Rien n’est moins sûr que de pouvoir filmer une séquence intéressante avant de devoir remonter à la surface. Il faut donc s’y prendre en plusieursplongées ». Et de poursuivre : « BLUE est le reflet de la vie des habitants de l’Océan. Nous avons beaucoup travaillé autour d’innovations techniques à même d’offrir aux spectateurs des images surprenantes et des angles de vues inédits. Nous avons filmé en 4K, inventé une caméra pouvant suivre la nage très rapide des baleines à bosse mâles depuis un bateau… Mais, au final, tout cela reposait avant tout sur nos plongeurs-cameramen expérimentés qui non seulement connaissaient extrêmement bien les animaux mais savaient aussi anticiper leurs mouvements, leur permettant ainsi de se trouver derrière le viseur au bon endroit au bon moment. »

Alastair Fothergill, le co-réalisateur ajoute : « Pour les prises de vue sous-marines, une des nouveautés a été de réaliser des travellings à l’aide de loumas (grues avec contrôle à distance) afin d’obtenir un rendu unique qui procure au spectateur une impression de mouvement et le plonge littéralement dans l’environnement. »

Commenter cet article