Papa Online !

4/6 mois - 3 ans : la diversification alimentaire, un casse-tête pour papa et maman ?

27 Octobre 2011, 11:00am

Publié par Papa Online !

Diversification alimentaire

 

Nouveaux parents, 2e ou 3e enfant, nounous, puéricultrices… La diversification alimentaire : tout le monde en parle au moins une fois dans sa vie ! Et pour les parents « novices », elle peut vite devenir un petit casse-tête, car on a toujours envie de donner le meilleur à notre bout’ chou.

Après avoir listé la semaine dernière, sur Papa Online !, les différentes étapes de la div’ alim’, allons plus loin pour comprendre ses enjeux pour bébé et le rôle des parents dans cette étape incontournable de son développement.

 

La div’ alim’ : kesako ?

 

Diversification alimentaireLa définition de la diversification alimentaire est claire : c’est le passage d’une alimentaire exclusive en lait à une alimentaire variée, qui permet d’introduire des aliments nouveaux les uns après les autres, et qui tend à se rapprocher à l’alimentaire de papa et maman.

Cette diversification alimentaire est donc progressive. Elle débute dès l’âge de 4 ou 6 mois (âge ou Bébé commence à mastiquer des aliments plus ou moins solides) et peut se prolonger jusqu’à l’âge de 3 ans. Durant cette trentaine de mois, Bébé appréciera chaque aliment, parfois il les rejettera : il élargit dans tous les cas sa palette de goûts, de saveurs et de textures.

 

Dès 4 ou 6 mois ?  

 

Diversification alimentaireLa div’ alim’, c’est comme les premiers pas de bébé un peu plus tard dans son développement : il y va, quand il est prêt ! Cependant, selon le développement de bébé, il est de bon ton de débuter l’intégration de nouveaux aliments au plus tôt à 4 mois révolus, au plus tard après le 6e mois. Les premiers signes sont facilement perçus par papa ou maman : bébé sait tenir sa tête tout seul, et surtout il s’intéresse à ces nouveaux aliments qu’on lui présente tour à tour, à la cuillère.

L’âge est important, il ne faut donc pas être pressé de donner ces nouveaux aliments à bébé. Son développement n’est pas adapté pour des petits pots à 2 ou 3 mois, par exemple. De toute manière, « parole de papa », n’ayez aucune crainte : bébé vous fait très vite comprendre qu’il en a raz la couche de ne boire que du lait. Non mais sans blague…

>> IMPORTANT : Si bébé est trop petit, il est incapable de digérer correctement les aliments. Il est aussi et surtout impossible pour lui d’avaler un aliment solide avant ses fameux « 4 mois révolus » ; sa langue et sa bouche ne peuvent alors que sucer ou déglutir. Et puis, rappelons-le : commencer la div’ alim’ trop tôt, c’est augmenter le risque d’allergies alimentaires chez bébé.  

 

Dans tous les cas, le lait demeure l’aliment de base !  

 

BiberonCe qu’il faut également savoir, c’est que passer à la diversification alimentaire, ce n’est pas tout changer radicalement, subitement, précipitamment. Eh oui, il faut le savoir : le lait maternel ou infantile reste l’aliment principal pour bébé ! Ainsi, céréales et fruits ne viennent que compléter ses apports nutritionnels et donc, cela va de soit, éveiller son sens gustatif au fil des jours et des semaines.

Alors que bébé buvait son litre de lait avant la div’ alim’, dorénavant il a toujours besoin de ses 500 à 700 ml quotidiens, en lait maternel ou infantile. Ce lait lui apporte du fer, des acides gras essentiels, des vitamines, etc. Tous indispensables pour sa croissance…

>> A NOTER : Un bébé a besoin de 7 fois plus de fer et 5 fois plus de calcium qu’un adulte, en rapport bien entendu de son poids corporel.  

 

Faut y aller… crescendo !!!  

 

Diversification alimentaireIl va de soit qu’il ne faut en aucun cas bouleverser les habitudes alimentaires de bébé du jour au lendemain : ce n’est pas parce que bébé à 4 mois aujourd’hui, qu’il faut lui donner ses petits pots à tous les repas, surtout pas ! Chaque bébé a son rythme, il est primordial de le respecter. Eh oui, vous l’avez compris : c’est bébé qui décide de tout en termes d’alimentation, passer du liquide à des textures de plus en plus solides n’est pas chose aisée pour lui.

Mais alors, comment s’y prendre pour ne « pas aller trop vite » en besogne ? L’évolution de la texture des aliments doit être respectée au millimètre, tout comme l’ordre d’introduction de ces aliments dans l’alimentation de bébé (voir article du 20 octobre sur Papa Online ! : cliquez ici !). Généralement, la div’ alim’ débute par les farines sans gluten : mais ce n’est pas systématique, cela dépend de nos bébés. Ensuite, voici venu le temps… des farandoles de légumes et des fruits en compote. Quand bébé aime, tout va. Mais ne lui en voulait pas s’il vous rejette la cuillère dans la figure, ça fait partie du « métier » de papa ou maman. Le pied quoi !

>> RAPPEL : La viande n’intervient dans la diversification alimentaire qu’à l’âge de 7 ou 8 mois environ, donc pas la peine de lui proposer tout de suite à 4 mois ! Quant au poisson, l’idéal est de lui proposer le jour où il souffle sa première bougie…  

 

Le goût… à toutes les sauces  

 

Diversification alimentaireLe goût est sans conteste l’un des facteurs les plus importants dans le développement de bébé. Les étapes sont ainsi nombreuses pour manger, plus tard, comme papa et maman. Bébé est aussi plus sensible au goût que nous. Enfin, pensez à bien privilégier la notion de « plaisir » dans ce passage obligé avec bébé (source : Restonsenforme.com).

Les étapes sont donc nombreuses pour bébé, et ses parents aussi et surtout : le choix du biberon ou l’allaitement, le choix du lait infantile, donner le biberon, la diversification alimentaire… Mais s’il y a bien une notion que bébé possède dès son plus jeune âge, c’est celle du goût. Et qui dit « dès son plus jeune âge », dit déjà dans le ventre de maman ! En effet, dès sa naissance, bébé connaît déjà les goûts sucrés, salés, acides, amers. Mais son apprentissage ne fait que commencer…

Le nourrisson est, pour rappel, plus sensible aux goûts qu’un adulte. Bien évidemment, il ne peut découvrir les aliments tout seul, c’est pour cela qu’il est de bon ton de le familiariser avec les différentes saveurs existantes. Dans tous les cas, il faut le guider, même s’il rejette le nouvel aliment. Un conseil : représentez-lui 2 jours plus tard, souvent il l’accepte alors qu’il semblait, par exemple, détester les épinards comme papa et maman 2 jours plus tôt ! Sachez ainsi que les goûts de bébé s’enrichissent, se développent et changent. Il est important de rappeler également qu’il ne sert à rien de le forcer à goûter un nouvel aliment, il pourrait ne plus vouloir tester d’autres aliments dans le futur !

Enfin, le plaisir. En effet, manger est l’une des toutes premières expériences de bébé, une première expérience de satisfaction même, dans la plupart des cas. La tétée du nourrisson est ainsi un moment privilégiée avec maman. Il en est de même pour le biberon, avec maman comme avec papa. Dans tous les cas, il faut savoir être patient et aussi être à l’écoute de bébé… qui pourtant n’a guère d’autres mots que « gouzi gouzi » ou « ouiiiiiin » !

>> NOTA BENE : Attention à la mode actuelle des laits de chèvre, de brebis, d’ânesse, de jument… ou même aux jus végétaux à la place du lait infantile (qui lui est du lait de vache spécifiquement adapté aux bébés). Si les uns sont pauvres en minéraux, en fer ou en acides gras essentiels, voire même de calcium, de protéines ou de calories, les autres contiennent en revanche trop de protéines, comme le lait de brebis. Un célèbre Professeur francilien parle même de « maltraitance nutritionnelle » lorsque les bébés sont nourris par ces dits « laits » là… Bref, rien de tel que le lait maternel ou infantile premier âge suivis du lait deuxième âge et le lait de croissance pour l’accompagner jusqu’à ses 3 ans.  

 

Les 10 règles d’or à retenir  

 

  • Privilégiez un seul aliment nouveau à la fois.
  • Commencez toujours par de petites quantités, à augmenter petit à petit pour ne pas brusquer bébé dans sa découverte des nouvelles saveurs.
  • Hachez menu ou mixez tout ce que vous lui donnez. Eh oui, la déglutition de bébé n’étant pas encore totalement au point au début de la div’ alim’, cette étape demeure importante !

>> Astuce : Vous pouvez si vous le souhaitez mélanger l’aliment avec un peu de lait infantile, voire même de l’eau.

  • La purée à grumeaux, ce n’est que vers l’âge de 8 mois, pas avant ! Il faut en tout cas attendre les premières dents de bébé !!!
  • Ne jamais forcer un bébé à manger tel ou tel aliment… excepté si vous voulez lui faire détester les épinards que vous détestiez vous-même, petit(e).

>> Astuce : Le mieux ici est de lui représenter l’aliment en question plus tard

  • Bannissez tout rajout de sel dans les aliments, déjà présents dans les fruits ou les légumes et ce, de manière plus conséquente que dans le lait.

>> A savoir : D’autres aliments sont « en attente », comme le jaune d’œuf (6 mois, les fruits à coque tels que les noix ou les amandes, ou encore les aliments à base d’arachide (pas avant 3 ans !!!).

  • Boissons : que du lait infantile ou de l’eau, que ce soit pendant ou en dehors du repas ! Ce n’est pas la peine d’en faire un accro au sucre…
  • Profitez de cette période de la diversification alimentaire pour découvrir, avec lui, ses nouvelles saveurs et l’aider aussi à s’intégrer progressivement dans la vie de famille.
  • N’hésitez pas à parler avec lui, à lui expliquer ce qu’il va manger voire à lui montrer que c’est bon !
  • La div’ alim’ est un moment de fête, de partage avec bébé : profitez-en avec lui !!!  

 

Parole de maman…  

 

Bebe-Leon-mange.jpg« Depuis l'arrivée de Léon, les biberons ont toujours été un moment difficile. Du coup, on notait tout dans un petit carnet et on faisait le point en fin de journée pour être sûr qu'il avait son compte. Donc, j'appréhendais d'autant plus la diversification. Au final, la cuillère c'est beaucoup plus fun que le biberon !!! Et depuis qu'il prend des petits pots le midi, au goûter et le soir, fini le carnet de biberons :  il a un appétit d'ogre, il prends ses compléments de biberons sans broncher et même quand il y a du monde dans la pièce ! Le bonheur !!! »  

 

… et de papa !  

 

Bébé Léon mange« Léon a commencé la diversification alimentaire à l’âge de 5 mois, juste après sa rentrée en crèche. Il a rapidement pris ses aises avec les petits pots salés, et des parfums tels que la carotte et le potiron. Nous avons d’ailleurs été très surpris qu’il s’habitue aussi facilement à la cuillère. Il faut dire qu’après sa rentrée à la crèche, début septembre, il montrait des signes de lassitude quant à son biberon. Ca n’a pas raté ! Aujourd’hui (fin octobre), il déguste. Sucré ou salé, il est gourmand, il goûte à tout et rejette rarement ses aliments. Si cela arrive, on lui propose de nouveau quelques jours plus tard, et il l’accepte cette fois-là. Ce qu’on a retenu de ses 6 premières semaines de diversification alimentaire, c’est la « patience » et le « partage » de ces moments magiques avec notre p’tit Léon… déjà bien grand ! »  

 

Plus de commentaires et d'informations  

 

Nous ne saurons trop vous recommander d’aller voir les forums des principaux sites à destination… des mamans. Allez, pour n’en citer qu’un, parlons de celui des Maternelles (France 5), avec des sujets très intéressants tels que : Comment bien nourrir mon enfant ? La diversification alimentaire, quelle galère ! Diversification à 4 ou 6 mois ? Ma fille n’aime pas les légumes ! Etc.

>> Plus de sujets : cliquez ici !

Sans oublier le site incontournable, celui qui traite exclusivement de la div' alim", celui de « l'alimentation consciente » : cliquez ici !

 

J.-P. Q.-V.

Commenter cet article

sochoup 10/06/2012 21:08

Pour l'oeuf certains préconisent de commencer à 1 an, j'ai introduit dans son alimentation vers 9 mois et il a été allergique pourtant l'allergologue m'a dit que si je l'avais introduit plus tard,
il aurait été allergique quand même.

Emilie C-F 09/06/2012 16:28

en effet pas évident de trouver le juste milieu, et puis les tendances changent presque tous les ans et selon les pédiatres on a pas les memes versions! merci pour cet article!
#FDM

FONTAINE H 09/06/2012 00:00

ce qui m'énerve le plus ce sont ces médecins qui brident les parents, c'est vous qui connaissez le plus votre enfant donc 4 mois , 5 mois ou 6 mpos, à vous de vous adapter à votre enfant pour la
diversification !