Papa Online !

Débat Parents : "La fonction paternelle est nécessaire à l'évolution d'un enfant"

16 Février 2012, 23:00pm

Publié par Papa Online !

La place du père 2

 

Le 2e débat Parents parisien de l'année (scolaire) s'est tenu samedi dernier au dernier étage de la FNAC des Ternes. Comme prévu, Papa Online ! y était ; et pour cause, le débat de la matinée n'avait d'autre intitulé que "La place du père : leur en demande-t-on trop ou pas assez ?"

A la lecture de ce titre très percutant et très accrocheur pour un papa "nouvelle génération" comme moi, je me suis toutefois posé une question : pourquoi devrait-on demander "trop" ou "pas assez" à un papa ? Ainsi, pourquoi le papa ne serait-il pas tout simplement un papa... ? Cette question, je me la pose aussi avec Papa Online, que j'ai sous-titré "Un papa pas comme les autres" : en effet, pourquoi ne serais-je pas, finalement, un papa comme les autres tout en restant celui que je suis aujourd'hui ? (euh, vous me suivez... ?!?).

Bref, un peu de philosophie ne fait pas de mal. Mais revenons-en à nos moutons : le débat Parents. Un débat passionnant donc, mais qui à mon sens était un peu trop anglé "psychanaliste & Cie". Rien à redire cependant sur les intervenants, des "habitués" des débats Parents avec notamment Jacky Israël (pédiatre) et la psychanaliste Catherine Vanier. La Marraine Sophie Thalmann était malheureusement absente physiquement : malgré quelques interventions vidéos, on aurait eu davantage l'avis d'une maman qui sait très bien parler du papa...

La présence du père

Un premier sondage (de l'Institut des... Mamans) a d'emblée mis en exergue la présence paternelle au sein du foyer : 75 % des mamans affirment que les papas sont "suffisamment" présents, 24 % "pas assez" et 1 % "trop". Un sondage que je trouve peu utile (désolé pour l'Institut...) car dans les 75 %, qui met-on ? Sans doute les mamans qui apprécient la présence paternelle au quotidien ; mais aussi sans doute celles qui sont comblées ou juste habituées à s'occuper quasi-exclusivement de leurs enfants.

Catherine Vanier admet que les pères étaient aujourd'hui plus proches de leur famille. Mais "du fait du changement de la position de la femme, ils sont aussi empétrés : plus concernés oui, mais ils ne savent pas vraiment où se placer". Pour Jacky Israël, "avant, les pères ne s'impliquaient que lors des premiers matchs de foot de leur enfant. Là, c'est de plus en plus tôt !" Un peu schématique, mais on comprend l'idée... Et Catherine Vanier de renchérir : "La fonction paternelle est nécessaire à l'évolution d'un enfant."

L'activité des papas

Savez-vous ce que les pères préfèrent faire avec leurs progénitures ? Selon l'Institut des Mamans, ce serait tout simplement "jouer avec lui" (85 %). "Respecter les règles" vient en deuxième (76 %), puis "prendre le bain" (62 %), "donner le repas" (62 %), "changer la couche" (55 %), "conduire son enfant à l'école/à la crèche" (49 %), etc. Je ne suis guère convaincu de ce sondage non plus. En tout cas, s'il dit la vérité, s'il est le reflet de la société française d'aujourd'hui, c'est exceptionnel ! Malheureusement, les témoignages que j'ai pu lire sur Papa Online ou sur Facebook, ce que je peux entendre autour de moi, me prouve le contraire. Et les témoignages entendus au débat Parents sont ceux de pères 100 % impliqués. Et les autres ?

Malgré tout, "les pères sont davantage dans l'action", souligne Jacky Israël. Et de poursuivre : "Papa, maman : c'est aussi et surtout à chacun de se créer sa propre personnalité". Et comme le laisse entendre, pour sa part, Catherine Vanier, il est intéressant de voir que de nos jours, les tâches sont (enfin) partagées. "Et c'est bien !" Fini donc les "papas au boulot, mamans à la maison", place à un réel esprit de famille, au sens large du terme...

L'autorité en question

Autre questionnement : comment le père doit-il se situer en termes d'autorité ? Là, sincèrement, j'ai eu un peu de mal à rentrer dans le vif du sujet. Je pars sur un constat : chacun sa personnalité (vu ci-dessus), mais aussi le contexte familial et environnemental (au sens large). Un papa présent au débat a, lui, une vision très intéressante de la chose : "Tout se décide à deux ! C'est comme cela qu'on le ressent depuis deux ans et l'arrivée de notre garçon. C'est comme cela que nous le voyons avec notre fille de deux mois..."

Jacky Israël, en pédiatre, voit aussi dans l'autorité une certaine preuve d'amour : "Aujourd'hui, les parents sont davantage sensibles à l'amour de leurs enfants. Du coup, il y a un réel besoin d'être aimé. L'autorité est ainsi mal vécue, de peur de perdre cet amour de ses enfants. Moi je dis à mes patients : vous pouvez interdire sans problème, vos enfants vous aimerons toujours !"

Un bon père ?

Dernière thématique abordée : etre bon ou mauvais père, kesako ? Jamais je ne me vanterai d'être un bon ou un mauvais père, je préfère être le meilleur possible et faire de mon fils un p'tit homme heureux et épanoui. La question du père absent est cependant intervenue pendant le débat... qui est alors revenu sur le rôle de la mère "solo" (j'avais l'impression d'être de nouveau à un débat sur les mères, mais bon...). Mon regret : ne pas être intervenu à ce moment précis... pour parler des papas solos (sur la blogosphère, j'en connais même un très actif, il se reconnaître^^).

Vous comprendrez donc qu'il n'y a pas eu de véritable réponse à la dernière question. Dommage. Mais le débat proposé par le magazine Parents était réellement passionnant, il aurait sans doute beaucoup plus d'impact si davantage de pères avaient fait le déplacement à Paris (bon d'accord, ce n'était pas très accessible aux Marseillais, Brestois et autres Lillois...).Un débat riche, une thématique qui mérite d'être beaucoup plus traitée.

Un débat oral comme celui-ci, c'est bien. Maintenant, on attend beaucoup plus de la version papier de nos "supers" magazines : les papas méritent un peu plus d'attention !!!

 

Le micro-trottoir

 

Retrouvez ci-dessous le micro-trottoir proposé lors du débat du 9 février. Au menu :

*Avez-vous rapidement trouvé votre place de père ?

*Avez-vous un rôle différent de celui de la maman ?

*Trouvez-vous que le rôle du père ait changé ?

*Etes-vous plus investi d'un rôle d'autorité ?


La place du père 3

>> Cliquez sur l'image <<

Commenter cet article

tituce 19/02/2012 19:37

Merci pour ce compte rendu!
Je suis décue de lire à quel point c'etait un peu le monde des bisounours. Certes il y a un enorme pas en avant par rapport à la place du père, celle qu'ils veulent bien prendre, celle qu'on leur
laisse aussi nous les mamans, mais il y a encore enormement de mentalités à changer, et celles ci je pense sont encore bien trop presentes!
Dommage non?