Papa Online !

[Dossier du jeudi] Accidents de la vie courante (AcVC) : un risque toujours méconnu !

23 Mai 2013, 22:00pm

Publié par Papa Online !

Les-mamans-assurent.jpg

 

Lorsque j'ai été invité pour une conférence de presse présentant « l’étude GEMA Prévention, Les Mamans Assurent » sur les accidents de la vie courante, j'ai évidemment répondu présent.

Ces accidents, ils nous concernent tou(te)s, tous les jours. Et si je n'ai pas pu me rendre à cette super initiative, suivie par les principaux médias/presse magazine « petite enfance » et nombre de blogueurs comme moi, c'est ma correspondante de presse de chic qui s'y est rendue, bravant les transports parisiens, Léon en poussette, Louison en porte-bébé. Bref, ce compte-rendu, c'est celui de la famille Online au grand complet !

 

Le saviez-vous ?

 

Les accidents de la vie courante (j'utiliserai dans cet article l'abréviation « AcVC »), ce sont 20 000 morts par an dont 250 enfants et deux fois plus de garçons que de filles. Autant que les accidents de voiture, il y a quelques années. Pourtant, le nombre de morts lié aux AcVC, lui, ne diminue pas.

La GEMA Prévention (Groupement des Entreprises Mutuelles d'Assurances), Opinionway et treize articles ont lancé une étude chez les mères de famille (eh oui, que les mamans...) pour comprendre leur conscience des AcVC. Pourquoi sur les mères et pas sur les pères ? "Car sociologiquement, ce sont aux mères que la société renvoie cette tâche !" Ça, c'est dit ; ça, c'est fait... (je vous laisserai commenter cette magnifique réflexion, vous connaissez le fond de ma pensée).

Bref... Huit mamans de deux enfants minimum ont ainsi été réunies dans une salle pendant trois heures et ont sondé un millier de personnes représentant (au mieux ? Je dirai « oui » si les papas font partie de l'étude...) la population françaises (de 18 ans et plus).

 

Que dit exactement l'étude ?

 

Au final, ils se sont rendus compte que les AcVC sont mal connus. Et ce pour trois principales raisons :

1- On pense les maîtriser.

2- On pense qu'on peut les prévenir.

3- Ça n'arrive qu'aux autres !

Pour les mères de famille, les AcVC les plus dangereux demeurent : les accidents de voiture, l'étouffement, l'hydrocution dans la salle de bains et les défenestrations. Mais pour de "vrai", ce sont les chutes qui sont la première cause de décès par AcVC, puis les intoxications, les noyades les brûlures.

Dans la conscience collective, la pièce la plus dangereuse est la cuisine puis la salle de bains et en 3e, le garage. Nous sommes persuadés que les plus vulnérables sont les enfants (0-4ans) et les plus de 60 ans. Pour de "vrai", la cuisine regroupe bien 25% des accidents entrainant un décès (parce qu'on ne sait pas comptabiliser ceux dont on ne meurt pas...).

Allez, un dernier "pic" de PapaOnline : selon cette étude quelque "sexiste" mais ô combien intéressante quand même : que ce soit pour les hommes, les femmes ou les parents regroupés, la femme (donc, la maman) reste la principale responsable de la prévention dans le foyer. En même temps, on sonderait les papas, on en saurait davantage sur leur comportement...

 

Bonnes adresses

 

Pour sensibiliser aux AcVC, le GEMA a créé un site internet : www.lesmamansassurent.com et une page Facebook (ici). Même si, encore une fois, les papas sont mis à l'écart, allez (vraiment) les consulter, c'est très intéressant !

 

Les AcVC chez les Online

 

L'avis de Maman Online

Clairement, ça me fait totalement flipper. Léon est un casse-cou, il n'a peur de rien. Il y a eu le jour où, aux bébés nageurs, on lui a appris à plonger. De retour à la maison, il a fait la même chose, depuis le canapé.

Il y a eu le jour où il a monté un échafaudage de chaises à la crèche pour appuyer sur l'alarme incendie (véridique). Il y a eu le jour où il a compris que si la porte d'entrée n'était pas fermée, il pouvait aller jouer dans les escaliers (rappel : on habite au 4e étage). Il y a eu le jour où il a compris que les fenêtres, ça s'ouvrait... Il y a aussi les toilettes qui sont si fascinantes, le four, la cafetière, etc. Il y a eu aussi le jour où il compris qu'il pouvait passer au-dessus des barreaux de son lit et celui où il a compris qu'il pouvait escalader les barreaux pour rentrer dans celui de sa soeur. Il y a aussi sa fascination pour les prises de courant : d'abord, il les léchait (si si...), puis il a commencé à introduire dedans tout ce qu'il trouvait ! Et enfin, il y a eu le jour où il s'est "détaché" les yeux avec du détachant à vêtements. Et j'en oublie sûrement. À la crèche, on m'a dit qu'en 15 ans de carrière, on n'avait jamais vu aussi casse-cou. Pourtant, quand on le voit, on ne dirait pas : tout le monde nous dit qu'il est adorable...

Les moments les plus critiques pour moi ? Quand je suis seule et que je prépare à manger. Ou lorsque je suis sous la douche : avec le bruit de la hotte ou de l'eau, je ne l'entends pas. Quand je m'occupe de sa soeur et que je ne peux pas la laisser pour courir voir ce qui se passe. Alors maintenant, je ruse : je le mets devant la TV : un "Tchoupi" si je ne suis pas loin, un "Zou" si j'ai besoin de plus de temps...

 

L'avis de Papa Online

J'aurai tellement voulu assister à cette réunion. Au moins pour montrer que cela pouvait intéresser AUSSI les papas. Bref, un grand merci à Delphine pour ce compte-rendu, où je n'ai finalement replacé que quelques commentaires personnels.

La question des accidents de la vie courante a toujours suscité mon intérêt. Eh oui, la vie de nos enfants est en jeu, il faut aussi savoir pallier toutes les difficultés, tous les dangers qui peuvent être évités au sein du foyer. Et pas que. Delphine a très bien résumé les "sottises" de notre grand Léon (et, personnellement, je ne suis pas pressé de découvrir celles de p'tite Louison^^). Bien entendu, nous avons vérouillé la porte d'entrée, sécurisé les prises électriques, placé une grille pour interdire l'accès à la cuisine (source de tant de dangers !), caché les produits dangereux, etc. Sincèrement, vous faites tou(te)s cela ? Je suis sûr que oui...

Être papa (clin d'oeil à l'étude) ET aussi maman, c'est un vrai job. Être vigilant(e), c'est une chose. Malheureusement, le risque 0 n'existe pas. Juste avant l'arrivée de Louison, à Noël dernier, j'ai souhaité faire une formation intitulée : « Initiation aux Premiers Secours Enfants et Nourrissons » (IPSEN). Dispensée par la Croix-Rouge (à Paris, mais pas seulement...), j'ai été préparé à toutes les situations avec un nourrisson et/ou un bébé. Un cours pratique et théorique (avec des mannequins) de 4 heures, en petits groupes, qui nous rappelle également les bons gestes à avoir au sein du foyer, en termes de prévention aux accidents de la vie courante. Une formation « tip top », que je ne peux que vous recommander !!!

 

> Plus d'informations sur la formation IPSEN de la Croix-Rouge : cliquez ici !

 

À noter que, si d'autres organismes font des formations à hauteur de 60€, celle de la Croix-Rouge de Paris 14e (pour ne citer qu'elle) ne coûte que 20€. 20€ pour (éventuellement) sauver une vie, franchement... Sinon, il y a aussi ce livre, signé Les Nuls :

 

Les-premiers-secours-pour-Les-Nuls.jpg

Commenter cet article