Papa Online !

[Interview] Papa Online à la rencontre de Vincent Bekaert, cette "maman comme les autres" des Maternelles !

17 Octobre 2013, 17:00pm

Publié par Papa Online !

Vincent Bekaert 1

 

En v’là une belle rencontre ! C’est la première de ce genre sur Papa Online, et c’est avec Vincent Bekaert qu’elle s’est opérée samedi dernier, dans un café parisien près de la Bibliothèque Nationale de France.

 

Vincent Bekart, vous voyez qui c’est ? Mais si, c’est le mec des Maternelles, celui qui a la chance d’avoir plein de nan… euh pardon, de superbes chroniqueuses autour de lui. Eh oui, c’est lui le nouveau Papa des Maternelles. Et même si je n’ai pas été complètement tendre avec lui dans mon premier article de rentrée de l’émission (ici), aujourd’hui je peux vous le dire : c’est un mec bien ! Sympa, ouvert, déconneur, il est aussi un Papa attentionné et proche de ses enfants.

 

J’ai adoré cette rencontre, et c’est avec un grand plaisir que je vous la propose en intégralité, aujourd’hui, pour le plaisir de tou(te)s. Prêt(e)s à découvrir toutes les facettes (même cachées^^) de ce Papa pas comme les autres, qui aime se décrire comme une « Maman comme les autres » ?

 

Let’s go !

 

L'interview

 

Vincent Bekaert 3Papa Online : Vincent bonjour. Et tout d’abord, une petite présentation du personnage… pour mieux le cerner ?

Vincent Bekaert : Bonjour Jean-Philippe (super sérieux, je dois l’impressionner^^). En fait, j’ai une formation de journaliste à l’origine. Mais après ma maîtrise, j’ai commencé à bosser pour la comédie, j’ai été auteur pour une dizaine de chaînes. J’ai ensuite eu la chance de faire du théâtre : du classique, de l’absurde... Et même de la pub ! Là c’était le fruit du hasard : un pote m’avait poussé à venir passer le casting. Je suis passé en tout dernier pour lui faire la réplique, et j’ai eu le rôle (et ils sont toujours amis heiiiiin, Ndlr).

Je suis aussi Papa de deux garçons : Maxence qui est né en 2007 et Nathan, né en 2009 (Vincent, en gros ils ont 6 et 4 ans heiiiiin, Ndlr). Le problème, c’est qu’ils ont le même tempérament que leur père. Malheureusement.

 

P.O. : Tu m’as tracé ton parcours du combattant de ces dernières années. Mais les Maternelles, finalement, ça t’es venu comment ?

V.B. : Julia (Vignali) avait bossé pour la chaîne Comédie vers 2000, avec un autre auteur que je connaissais. J’ai remplacé cet auteur. On se connaissait déjà un peu donc. Julia a revu cet ami, qui lui a dit d’appeler Vincent (euh… Bakaert heiiiiin, vous suivez ?). Au casting, on était une trentaine. Je suis passé dernier. Je n’étais même pas stressé, juste crevé. Au final, je me suis amusé à passer ce casting. Ca s’est bien passé, on n’était plus que deux. En juillet, je reçois un appel, un peu farfelu : « Vincent ??? Si t’as envie de travailler avec nous l’année prochaine, on veut bien de toi ! » Banco.

 

P.O. : Dès la première émission, Julia t’a mis direct dans le bain : « Vincent... Ce n’est pas qu’un physique ! » Alors, tes premières impressions sur le plateau des Maternelles ?

V.B. : Oh ça, c’était juste pour vanner (rire). Au début, je me suis laissé faire. Les filles étaient sur leur terrain. Avec Carole (Tolila, l’autre « nouvelle » des Mat’ à la rentrée, Ndlr), on n’en menait pas large. C’est difficile de trouver sa place en tant que nouveau chroniqueur. Surtout quand tu es le seul mec. Je suis à la fois le mal et le mâle dans l’équipe !

Mais c’est une super équipe. J’apprends au fur et à mesure. Ca me dérange de moins en moins. S’il y a une bêtise à sortir, je fonce ! Je m’amuse vraiment beaucoup à faire ces émissions.

 

P.O. : Sur Papa Online, je n’ai pas été supra tendre avec toi (même les mecs entre eux ne se serrent pas les coudes, c’est connu^^). Allez, contredis-moi !!!

V.B. : Dans l’émission, je ne prétends être rien d’autre qu’un Papa « un peu marrant ». Je ne fais pas des billets d’humour, mais des billets d’humeur. Maintenant, si ça peut aussi faire rire, pourquoi pas. Je suis là pour raconter la vie d’un Papa « comme les autres ». Même si mes deux enfants sont parfaits (clin d’œil^^), je galère comme tous les autres parents.

 

P.O. : Parfois, certains sujets abordés dans l’émission sont plus durs, plus poignants. Ce n’est pas difficile pour toi de passer juste derrière ça ?

V.B. : Après le dossier du jour, c’est parfois un peu pesant, oui. Moi j’ai la chance d’avoir Carole qui passe avant moi. La dernière fois, elle disait carrément : « Bon voilà, je vais donc faire ma chronique après ça ! » Le nouveau plateau aide à ça aussi. Ma chronique permet aussi de finir l’émission sur un ton joyeux, pour ne pas déprimer toute la journée.

Sincèrement, ça me passionne tout ça ! Je suis Papa depuis 6 ans 1/2 maintenant, mais il y a encore des dossiers que je découvre. J’apprends tous les jours.

 

Vincent Bekaert 2P.O. : Parle-nous maintenant du super méga génial Papa que tu es ? Deux fils, c’est bien ça ?

V.B. : Comme tu le vois : je suis un Papa de facette (rire). Je peux être super cool, mais aussi parfois très sévère. S’ils sont respectueux, tout se passe bien à la maison. S’ils sont insolents comme en ce moment, c’est la fin des privilèges ! C’est pas un gamin de 6 ans 1/2 qui va me pourrir la vie !!! (A ce moment de l’interview, j’ai failli partir par la porte de service, de peur ; mais Vincent m’offre alors un morceau de son muffin, Ndlr, Ptdr).

Ensemble, on fait beaucoup de sorties culturelles. Il y a deux semaines, on est allés à la Cité des Sciences. On va au théâtre demain matin, pour aller voir un copain jouer. Je fais aussi beaucoup de skate avec eux, et aussi de l’escalade, de la natation... A la maison, la vie est cool !

 

P.O. : Bon, tu le sais (ou pas), Papa Online est très lu par la gente féminine (disons-le, c’est vrai). Alors, la question que toutes se posent, je me devais de te la poser : le « physique » que tu es est-il un cœur à prendre ?

V.B. : (Mort de rire). En fait, ça dépend des semaines. Aujourd’hui, je suis un Papa de deux enfants, célibataire. Ce n’est pas facile de RE-trouver quelqu’un. Aujourd’hui (euh... samedi dernier heiiiiin, Ndlr), je suis un cœur à prendre. Mais tout peut changer ce soir ! Je sors pas mal, je fais pas mal de rencontres. Mais bon, pas la peine de me chercher le week-end prochain : JE NE SORS PAS, car je serai avec mes enfants. Désolé les filles ! (rire)

 

P.O. : Une question « philosophique » et un peu « conne » (je l’avoue) pour finir : quelle est la place du père aujourd’hui, selon toi ?

V.B. : Ah bah, je suis à ma place là (rire). Sérieusement, pour moi, la place du père est évidente. Je ne comprends même pas qu’on se pose encore la question de nos jours. Le Papa, la Maman : tous les deux doivent intervenir dans l’éducation des enfants. Dès la naissance, j’ai su que j’étais père, avec des enfants dans les bras. C’est con en effet de se poser encore ce genre de question. C’est macho. Et puis, si être père ce n’était pas mon truc, je ne serai pas aux Maternelles aujourd’hui...

 

P.O. : Merci beaucoup pour tes réponses Vincent. Très heureux de t’avoir rencontré. Et j’espère que tout le monde aura appris davantage sur toi en lisant ces quelques lignes.

 

Vincent Bekaert 4

 

Portrait chinois

 

- Quel autre homme pourrais-tu/aimerais-tu être ?

            > Je sèche... En fait, je ne suis pas mécontent d’être moi-même (rire). Je répondrais juste... Monsieur Lambda. Vous ne vous attendiez pas à cette réponse heiiiiin !

 

- Quelle femme ?

            > Répondre « ma mère », ça craint quand même. Je dirais... la copine d’Albatror sur son vaisseau !

 

- Qu’apporterais-tu sur une île déserte ? (encore une question à la con^^)

            > Mes enfants et des rations de nourriture.

 

- Si tu étais un animal féroce ?

            > Le tyrex.

 

- Si tu étais un animal non-féroce ?

            > La tortue (j’en ai une à la maison...).

 

- Un film ?

            > Scott Pilgrim (en référence à ma culture geek).

 

- Une musique ?

            > J’écoute beaucoup de rock et d’électro.

 

- Une émission TV ?

            > Oh... Les Maternelles (« fayot » !).

 

- Aux Maternelles, quelle est ta chroniqueuse préférée ?

            > C’est dur... Très dur ! Je dirai... Elsa, parce qu’elle complètement déjantée, comme moi.

 

- Quel est ton prochain défi à relever ? (à l’heure de l’interview, samedi dernier, Ndlr)

            > Passer 24h dans une maternité : salle de naissances, suites de couches...

 

- Et pour finir, es-tu plutôt un père : « hors-paire », « pépère », « déses...péré » ou « Casper » (fantôme) ?

            > « Pépère » : parce qu’il faut toujours savoir prendre les choses à la cool, avec légèreté.

Commenter cet article

Alexandra Mademoiselle Mummy 05/11/2013 01:49

OooOOhh tu ne lui as rien demandé à propos de ses racines belges ;-) Trop cooool de rencontrer Vincent, je suis fan. Ils sont accessibles ces nouveaux chroniqueurs. En tant que filles, j'ai plutôt
ciblé Carole mais j'ai pas eu la chance de la rencontrer ni de manger des muffins avec elle, juste qu'elle accepte et c'est déjà chouette de répondre à mon interview par mail :-D

Praz 17/10/2013 20:34

Si ce chroniqueur est aussi déjabté que ton article, la rencontre a dû être très sypa

tituce 17/10/2013 20:28

Ahhh trop fort!!!!
Trop contente pour vous 2!
Finallement une rencontre de deux papas qui voient les choses de la même façon!
J'adore!
Merci les gars!

Jennifer Metra 17/10/2013 18:42

Vraiment très intéressant a lire, on en apprend plus sur ce papa :D