Papa Online !

Léon et la crèche : sa première heure... tout seul !

6 Septembre 2011, 20:00pm

Publié par Papa Online !

creche logo

 

Deuxième acte de l'adaptation de notre p'tit Léon à la crèche, ce jour !

Eh oui, l'aventure continue donc. Léon et son papa avaient donc rendez-vous ce matin à 9h30 avec la référente, Vanessa. Eh bien le gaillard, il était attendu ! D'autant plus que ce matin, il n'avait que 2 petits copains qui étaient présents... pour 3 professionnelles, c'est pas mal !

Etant donné que Léon avait pris son premier bib de la journée à 5h30 (comme sa maman, puisque le réveil sonne à cette heure-là !), vous l'aurez compris : le 2e bib de la journée était prévu aux alentours de 10h30. Vanessa a donc pu observer comme Léon buvait son lait en présence d'un de ses parents, afin de reproduire au maximum la vie à la maison. Super donc !

Puis, après quelques questions et recommandations de chacun, c'était le moment de la séparation. Une heure : la première que Léon devait passer loin de sa famille, au sens large du terme. Loin de visages qu'il connaît par coeur. Dur dur pour papa ? Non, ça va, rassurez-vous ! En fait, je pars du principe que dans 15 jours, je m'y serai fait, donc autant s'y faire tout de suite...

Au retour, j'ai retrouvé un Léon épuisé. A peine remis dans sa poussette pour retourner à la maison (vers 11h30), Léon s'est automatiquement endormi. 25 minutes de marche, 24 minutes de dodo ! ^^

A noter : je regrette quand même que sa maman n'a pu se libérer de son travail. C'est le petit bémol de cette semaine d'adaptation où moi, son papa, j'ai pu m'organiser en conséquence. Ah là là, les patrons...

Rendez-vous demain soir pour la suite de l'adaptation de notre ch'ti Léon à la crèche !

Commenter cet article

Jean-Philippe (Papa Online !) 08/10/2011 01:13


Oui je sais, sur le coup, je suis hyper chanceux d'avoir fait la première semaine à 100% avec Léon. C'était beaucoup plus difficile pour Delphine... surtout le tout premier jour !


Pépé Le Beagle 05/10/2011 15:25


Avec le travail, je n'ai pu me libérer pour les premières heures de mon fils à la crèche. Ma femme a été déstabilisée. Moi moins, parce que j'avais dû déjà m'habituer à laisser femme et enfant pour
aller servir les patrons.