Papa Online !

Les débats "Parents" : le choix du mode de garde, pas si facile que cela...

13 Octobre 2011, 09:00am

Publié par Papa Online !

Debats-parents.jpg

 

Les débats du magazine Parents ont repris le samedi 8 octobre dernier. Pour la 2ème année consécutive, ces débats sont l'occasion, pour les parents et les professionnels de la santé, de venir partager leur expérience avec les journalistes et autres spécialistes sur des sujets prédéfinis par le magazine.

Ce samedi 8 octobre, c'était donc le premier débat de la saison. Le sujet : Modes de garde en crise, quel choix pour les parents ? J'avais personnellement la chance, au nom de Papa Online ! ... et aussi de moi-même, de participer à ce débat. Et même si, en tant qu'unique papa dans l'assistance, je n'ai pas participé oralement à ce débat, j'ai appris des choses même si, vous le savez, nous avons opté, pour notre p'tit Léon, à la crèche collective.

Dans le compte-rendu, ci-dessous, je ne manquerai pas, en bleu, à apporter mon avis sur certains points abordés durant ce débat. Oui je l'avoue, je n'ai pas pris la parole. Non pas par timidité, mais juste parce que je découvrais ces débats du magazine Parents, et que le sujet du jour ne me concernait plus beaucoup puisque nous avons eu, d'emblée, le mode de garde souhaité pour Léon. Bref, je n'avais pas grand chose à apporter à ce débat...

En revanche, j'invite d'ores et déjà les "papas" à participer au débat du 11 février 2012, intitulé ; "La place des pères : leur en demande-t-on trop ou pas assez?" Soyons nombreux, Messieurs !!!!!!!

J'y reviendrai en tout cas, promis ! En attendant ce débat du 11 février prochain, voici donc mon compte-rendu du débat de samedi, sur les modes de garde de nos bébés...

 

Compte-rendu

 

Modes de garde : avant même la naissance, les parents n'ont que l'embarras du choix... ou pas !

Ils étaient nombreux ce samedi pour venir débattre, en compagnie d'un médecin en PMI et d'une psychanaliste/psychologue et de la Marraine des débats, Sophie Thalmann (Miss France 1998), autour du thème des différents modes de garde en France. Un sujet vaste, parfois un véritable casse-tête pour les parents avant même l'arrivée de bébé dans le foyer.

Un véritable casse-tête, dites-vous ? En effet, en cette période de crise, choisir ce qu'il y a de mieux pour son enfant peut parfois relever du parcours du combattant. Selon une étude réalisée en collaboration avec le magazine Parents et l'Institut des Mamans, organisateur du débat, 45 % des parents préfèrent ainsi la crèche, 45 % l'assistante maternelle, 4 % la garde à domicile et 6 % d'autres modes de garde tels que la crèche d'entreprise, pour ne citer qu'elle.

Sylviane-Giampino.jpgLe premier film présenté à l'assistante (à visionner sur le site Parents.fr : cliquez ici !) est assez révélateur du sentiment actuel des mamans et des papas. Pour les uns, c'est même une "chance" d'avoir une place en crèche. "Comme si en France, la crèche est du registre du rêve", souligne Sylviane Giampino, psychanaliste et psychologue, qui note par ailleurs que dans d'autres pays, la crèche ne concerne que 10 % des enfants. Le Docteur Xavier Belan, spécialisé en PMI, souligne quant à lui les efforts réalisés sur la formation des assistantes maternelles et sur l'accompagnement, ces dernières années. Maman elle-même, Sophie Thalmann remarque enfin que "l'enfant n'est pas encore né qu'on doit d'emblée se projeter dans l'avenir en décidant du mode de garde. C'est très difficile !".

Une offre souvent réfléchie, parfois inévitable...

On peut dire beaucoup de choses sur notre pays, sur les décisions de ses politiques (tous bords confondus). Il n'empêche, le Français moyen que nous sommes a le choix pour son mode de garde. Pour autant, comme le souligne si bien Xavier Belan, "c'est très dépendant d'une commune à une autre, où l'offre n'est pas toujours la même. Une offre qui differt souvent compte-tenu des revenus des foyers !" "On voit souvent dans le choix du mode de garde, un choix vis-à-vis du mode de vie des parents", surenchérit Sylviane Giampino.

AInsi, l'on remarque dans la quasi-totalité des foyers, le choix du mode de garde se réalise avant tout en fonction de la vie de famille. Il est souvent "subjectif" : "les parents se moulent à l'offre locale". Il est tout aussi souvent "objectif" : selon les horaires des modes de garde, des revenus des parents, etc. Sylviane Giampino va plus loin en affirmant qu'"on ne peut pas parler de choix tant qu'il n'y aura pas autant d'offres que de demandes !"

Une nouvelle fois, maman Sophie Thalmann apporte son témoignage : "J'habite un village où il n'y a pas de crèche. Dans la grande ville la plus proche, je ne suis pas prioritaire. Dans les villages, on n'a pas toujours le choix..."

La crèche : mode de garde idéal ?

Sophie-Thalmann.jpgVie en collectivité, "sociabilité" de l'enfant, mode de garde le moins onéreux... Les arguments fusent pour mettre en avant ce mode de garde "so Frenchy !". La sécurité de l'enfant y est fondamentale même si pour cela, aucune étude n'a été mise en avant lors du débat. Xavier Belan, médecin en PMI, explique cependant que "l'assistante maternelle aussi favorise la sécurité à domicile, mais aussi l'éveil de l'enfant". Pour Sophie Thalmann, "la crèche ne me faisait pas rêver du tout. Sans doute parce que j'ai été élevée par ma famille (ma mère et ma tante), et aussi par peur des maladies. C'est aussi à nous, parents, d'élever nos enfants ! Et puis, j'ai mis mon enfant à la halte-garderie dès 2 ans, ce qui a permis de le "sociabiliser", comme le laissait entendre un papa dans le film..." 

En psychanaliste avertie, Sylviane Giampino fait remarquer aux participants que l'assistante maternelle peut aussi être considérée comme un mode de garde collectif. "La socialisation de l'enfant se fait dans tous les cas, puisqu'il rentre en contact quoiqu'il arrive avec d'autres enfants. Et en confiance aussi. Le processus de socialisation ne se développe pas que en groupe !"

Pour sa part, Xavier Belan met en avant le rôle des assistantes maternelles aujourd'hui. "Depuis la loi de 2005, ils/elles cumulent des heures de formation obligatoires. Ce qui constitue un grand apport à la profession. Les assistantes maternelles sont formées sur les premiers secours, la diététique, etc. Et les PMI participent à cet accompagnement." Une évolution qui ne semblait pourtant pas totalement partagée par sa consoeur psychanaliste...

Mode de garde choisi ou pas : satisfaction garantie !

Qu'il soit choisi volontairement ou imposé involontairement, le mode de garde est le plus souvent accepté et apprécié des parents. Une nouvelle étude en collaboration avec le magazine Parents et l'Institut des Mamans montre que 96 % des parents ne changeraient pour rien au monde leur mode de garde. Un chiffre certes contesté par l'assemblée présente, et contestable, mais qui montre que même s'il est souvent choisi par défaut, le mode de garde employé pour bébé satisfait les parents !

Un argument conforté par la psychanaliste du débat : "Souvent, on s'accomode. Tant mieux. Mais le p's dur, c'est quand on ne voit pas que ça ne va pas", alarme-t-elle. "Il peut parfois y avoir des signaux d'alerte. Il faut sans cesse être à l'écoute de son enfant. Et ce n'est pas toujours la faute du mode de garde !" Parmi les questions posées, une maman se demandait alors s'il était normal d'avoir peur que l'assistante maternelle prenne sa place de mère : "C'est très courant, c'est aussi comme cela qu'on construit la parentalité", conclut Sylviane Giampino sur ce chapître...

Quel avenir pour le mode de garde ?

Dernier point soulevé, et non des moindres : comment vont se développer nos modes de garde à la française ? L'irruption du privé est une piste. Pour autant, "public ou privé, ce qui importe ce sont les critères de qualité !".Et Sylviane Giampino de rajouter : "L'enfant doit travailler sa curiosité. Il doit se représenter, à travers le mode d'accueil, son environnement familial. Et surtout, il faut des relations claires entre la famille et les professionnels."

Ce débat s'est achevé après 90 minutes de questions-réponses, d'échanges construits, de réponses précises. Bien sûr, il ne répond pas à toutes les questions : les mamans et les papas qui, comme Sophie Thalmann, ont "peur des maladies", ou les parents qui refusent de confier leurs enfants à une assistante maternelle. Chacun son histoire, avec ses particularités personnelles ou locales aussi. Le mode de garde se réfléchit pendant la grossesse, ce n'est pas évident, mais cela reste le "système". Et il faut bien faire avec...

J.-P. Q.-V.

Commenter cet article

fermaton.over-blog.com (Clovis Simard,phD) 27/10/2011 21:20


Blog(fermaton.over-blog.com),No-26: CHOIX POUR LA VIE !