Papa Online !

[Pampers] Familles testeuses : plus de 2000 Papas et Mamans au service de la marque ! (#3/5)

10 Avril 2014, 22:00pm

Publié par Papa Online !

Schwalbach-25.png

 

Depuis deux semaines, je vous relate mon périple au German Innovation Center de Schwalbach, près de Francfort en Allemagne. Après vous avoir parler de la marque Pampers (ici) et vous avoir présenté une couche Pampers et tous ses composants (), aujourd'hui je voulais mettre le doigt sur la "petite touche Pampers", celle qui - selon moi - fait toute la différence : les tests à l'aveugle réalisés par des Papas et des Mamans... comme nous !

Oui, vous l'avez compris : pour être toujours un peu plus à la pointe de la technologie, Pampers fait appel à des parents testeurs pour trouver les avantages et inconvénients des couches Pampers et ses concurrentes. Une manière pour les scientifiques du Centre d'étudier les possibles failles et de trouver les solutions pour une meilleure absoption.

Faisons simple. Voilà comme ça se passe, chaque jour, au centre de Schwalbach :

1°) L'arrivée au centre :

 

Schwalbach-26.JPG     

Dès son arrivée, le Papa ou la Maman dépose les dernières couches sales (utine et/ou selles) testées dans un placard réfrigéré. L'objectif ici est de permettre aux scientifiques du Centre d'analyser "en profondeur" ces couches usitées. "En plus de l'analyse humaine (celle des parents, Ndlr), il y a celle des rayons X. Notre rôle est de comprendre la répartition des selles", explique Frank Wiesemann, responsable des pôles scientifiques de Pampers.

2°) Le questionnaire :

 

Schwalbach-27.JPG 

 

C'est un outil très précieux pour les scientifiques ! À chaque couche, son questionnaire recto-verso (le truc de ouf, quoi !). "Si le Papa ou la Maman repart avec 25 couches, il repart aussi avec 25 questionnaires à remplir. C'est un vrai travail, qui permet de faire des analyses très fines." Un travail rémunéré... à la couche. Pas mal, non ?

3°) Un flux impressionnant :

 

Schwalbach-28.JPG 

 

Pendant que Frank nous expliquait le procédé, on pouvait voir les parents se succéder, les uns après les autres. Et, notez-le, il y a eu autant de Papas que de Mamans. Comme quoi, les habitudes ne sont pas forcÈment les mêmes d'un pays à l'autre. En une demi-heure, nous avons dû voir une quinzaine de parents environ. Énorme mais, en tout, ce sont près de 2000 parents (habitant à proximité du Centre) qui effectuent ces fameux tests à l'aveugle !

4°) De nouveaux tests :

 

Schwalbach-29.png

 

Lors qu'il/elle a rendu ses couches et questionnaires, le Papa ou la Maman récupère un nouveau paquet de couches à tester dans des bacs prévus à cet effet. Regardez ces bacs : on est le matin, sur les coups de 11h ; et, le soir, ils sont tous vides ! Dedans, on y trouve des produits qui existent : des Pampers (actuels et même futurs produits !), mais aussi des produits de marques concurrentes. Et hop, c'est reparti !

5°) Le "skin lab"

 

Schwalbach-30.png

 

Outre les tests à l'aveugle réalisés à la maison, le travail des parents testeurs ne s'arrêtent pas là. Certain(e)s viennent aussi avec leur Bébé, le matin, avec la couche encore enfilée de la nuit. Objectif ici : tester l'évaporation de l'eau et l'humidité sur la peau. Cela se passe en trois temps :

- D'abord, on teste l'humidité à la surface de la peau après une nuit agitée.
- Puis, on teste l'humidité en dehors de la peau... et l'on compare.
- Enfin, on vérifie le PH... afin de vérifier si sa vitesse de retour est dans les normes.

 

Schwalbach-32.jpg Copyright Allo Maman Dodo

 

Ouaip, à voir la tête de Valérie (Allo Maman Dodo) et de notre maître de conférence, Frank, le PH de Val ne doit pas être dans les normes. N'est-ce pas Val ?

6°) Conclusion :

Sachez que tous ces tests, grandeur nature, ont une importance exponentielle car, sans eux, les couches Pampers ne seraient tout simplement pas... les meilleures (c'est mon avis, en tout cas). Franchement, le centre de Schwalbach serait près de chez vous, ça ne vous tenterait pas d'aider une marque connue et reconnue à faire encore mieux ? Moi, si.

 

Schwalbach-31.png

Commenter cet article