Et si on laissait faire les Papas ? (Les Maternelles) : l'analyse de Julien (Père-de-Famille.fr)

2012.08.05.-Les-Maternelles.png

 

Après un mois de septembre tonitruant mêlant famille, travail et nombreuses activités annexes, c'est avec le plus grand plaisir que je retrouve le chemin de l'une de mes émissions préférées à la TV française : Les Maternelles. Pourquoi "l'une de mes émissions préférées" : tout simplement parce que l'équipe a un point fort, par rapport à d'autres médias traitant de "nous, les papas" : tous les vendredis, elle parle de "nous, les papas"... tout simplement.

Mieux encore, l'émission de vendredi a mis sur le devant de la scène un Papa :Grégory. Un "ami virtuel", Julien (PèredeFamille.fr), a bien voulu nous conter sur son blog l'émission de vendredi dernier, qui avait pour thème "Papas : et si on les laissait faire ?" Rien de tel donc que de lui laisser la parole, de ranconter l'émission, "son" vécu. Et de parler d'un nouveau sujet "Papa", traité par cette super équipe des Maternelles...

 

Revue de "Blogs de Papas"

 

Laissons faire les Papas : les Papas (débriefing)

Le jour était attendu. Vendredi 5 Octobre. Émission Les maternelles sur le thème « Laissons faire les papas ». Vous avez peut-être lu mon briefing issu de ma frustration de me pas pouvoir participer et apporter mon point de vue sur la question en direct, l’heure est maintenant venue de débriefer suite à la diffusion de ce matin.

Plantons le décor

Un joli plateau, de la bonne humeur et des intervenants au top, l’émission débute sur la traditionnelle série de vrai/faux de Julia Vignali.

Je relève la pertinence de la réponse de Sophie Cadalen, psychanalyste, à la question est-ce que les pères s’occupent aussi bien de leur enfants que les mamans:

« Oui et certains s’en occupent aussi mal que certaines mères aussi ».

Pan. Dans les dents.

Plus sérieusement. Je trouve la réponse d’une justesse implacable. Le fait de faire l’impasse sur la capacité présupposée d’une personne et son sexe est une évidence qui mérite d’être mise en valeur plus souvent.

Le tour de la question est posé. Mesdames, pourquoi vous pensez-vous meilleures parente que les hommes?

Des témoignages … déstabilisants

Coralie et Chantal racontent leur séjour à la maternité puis l’arrivée à la maison. Dans les deux cas, leurs maris font le job. Commence alors l’avalanche de « papas investis », expression qui revient régulièrement tout au long de l’émission.

A ce sujet, si Sophie Cadalen précise que l’expression « on a qu’une mère » est absurde, je regrette qu’on emploie l’expression « papas investis » à tour de bras. Peut-être qu’un jour on pourra critiquer l’expression « mères investies » avec le même aplomb.

Ce qui a attiré mon attention, c’est que la période critique semble se dérouler à l’arrivée à la maison. A la maternité, le papa est présent, s’occupe de son enfant et dessine son rôle à sa manière. La relation exclusive mère-enfant réapparait dès que le père reprend le rythme de sa vie et entame sa transition vers (l’enfer de) la conciliation vie pro et vie de famille.

Comme pour l’enfoncer, les mères qui témoignent affichent un comportement ultra exclusif qui m’évoque l’idée du miroir: ma vie est exclusive pour notre enfant, tu as choisis ton exclusivité… ton travail. L’homme reprend son rôle aux yeux de la mère mais du côté du père TOUT a changé. Oui il part au travail le matin et rentre le soir mais ça ne l’empêche pas de penser à son enfant toute la journée et de rêver à chaque seconde de l’instant où il pourra le prendre dans ses bras. Enfin je crois…

Le ton est léger et on rit bien volontiers de ces situations que l’on dépeint comme absurdes alors qu’elles sont certainement plus que courantes dans nos foyers. On a le sentiment d’une victimisation passive de la mère ultra protectrice à qui on dit « Pourquoi tu fais ça? Avoue que c’est un peu idiot non? »

Mais alors pourquoi en est-on arrivé là ?

Selon Chantal, les « dictats » de la société sont responsables de la prédéfinition des rôles dans le foyer. On évoque notamment le pouvoir de la pub dans l’ancrage des stéréotypes.

Le schéma familial est également identifié comme un vecteur de valeurs que l’on reproduit par défaut. Personnellement, je cherche plutôt à faire ce qui mes parents n’ont pas fait. Ce doit être mon côté adolescent rebelle en mode sous marin… Cependant, il me semble évident que, comme précisé par la psychologue, la tendance naturelle à la fainéantise de l’être humain facilite la réplication des modèles familiaux connus à son environnement.

Mon contre-coup de cœur va à cette citation déplacée « les femmes fabriquent les enfants » qui, employée par Mme Cadalen, me blesse au plus profond. Dommage. D’autant plus dommage lorsqu’on cherche à expliquer l’origine de la prédéfinition des rôles dans la famille. Le coup du chasseur cueilleur c’est un peu réchauffé. Je pense que ce genre de stéréotypes tient plus de la culture que de notre passé de chasseur. Aujourd’hui, je ne connais quasiment personne qui habite dans une grotte taguées de peintures rupestres ou qui s’éclaire à la torche. Les choses ont un peu évoluées. Des stéréotypes qui durent 10.000 ans ?! Au secours.

D’ailleurs Violaine de l’institut EgaliGone explique très bien cette responsabilité de la culture dans la façon de « parenter » dans cette interview.

Alors d’accord, les médias ont leurs rôles. J’avais édité un petit florilège de pubs sexistes et relayé le coup de gueule de Thomas Chauvineau à ce sujet ici.

Mais concrètement, on fait quoi ?

Et bien on invite mon cher Grégory! Un homme qui témoigne de son rôle de père et pas n’importe quel père, je vous parle du blogueur Mauvais Père.

J’ai relevé cette belle citation de l’intéressé : « Tant que les pères n’auront pas trouvé leur place dans le foyer, les mères ne trouveront pas leur place dans le milieu du travail » et je me permets de rajouter que la réciproque est sans doute vraie.

J’apprécie cette phrase car c’est une façon intelligente de dire « remuez vous les gars, allez cherchez votre place et la vie sera plus belle pour tout le monde ». Car c’est un peu la brique qu’il manque à cette émission. Je trouve qu’on oublie de dire que les responsabilités sont partagées. La mère doit lâcher du lest mais le père doit aussi forcer des coudes.

Je pense qu’il est normal que la place du père de soit pas délimitée. C’est à chacun de se la créer et pour cela, il faut éviter de rester les deux pieds dans le même sabot.

Voilà comment faire une émission en une phrase. Merci Grégory, notre honneur est sauf.

Pas de débriefing sans conclusion

Quelle joie de voir une émission qui, le temps d’une heure, prend des airs de « Les Paternelles ».

Je regrette que l’on montre du doigt les femmes sans souligner davantage la co responsabilité des parents dans cet enjeu, à mes yeux capital, qu’est l’égalité des sexes.

Je refuse que l’on tombe dans le travers des pères devenus des petites choses fragiles, des trucs pas si bêtes, alors que nous ne sommes ni plus ni moins que des parents avec des sexes opposés et pourtant complémentaires.

Je ne manque pas de remercier Elsa pour la citation. Voyez-vous… comment vous dire ça… je suis content. Voilà.

On parle aussi d’hyper-sexualisation en début d’émission, et notamment de l’affaire Vogue. J’en parlais là !

 

> Pour revoir l’émission en intégralité, c’est par là. 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Papa Online !

Un blog pour toute la famille, mais surtout les papas ! Papa Online a été créé en avril 2011 lors de la naissance de notre premier enfant, Léon. Depuis, il s'ouvre à vous pour parler de sujets divers autour de ma famille, et plus spécifiquement les papas. Bienvenue à vous tou(te)s ! .Jean-Philippe
Voir le profil de Papa Online ! sur le portail Overblog

Commenter cet article

Milie@blogmaman 18/10/2012 09:10

La place du papa n'est pas toujours facile à trouver...

Mauvais Père 09/10/2012 17:37

En fait c'est Julien le taulier de pere-de-famille.fr qui précise que Grégory, le mauvais père est passé aux maternelles

Papa Online ! 10/10/2012 07:58



Oh là là Julien, mais oui je te connais. Mais mon p'tit esprit fatigué et malade d'hier a fait que je me suis emmêlé les pinceaux.


Erreur réparée, j'espère à demi pardonnée lol


Sinon, je viens (enfin !) de comprendre que Grégory était en fait "Mauvais Père". Non non, je ne suis pas blode... °_0